Le métier de notre équipe est celui de catalyseur d’énergie

Comment parvenir à faire coopérer des entrepreneurs français ? Poursuite de notre enquête. Aujourd’hui, un secteur où la concurrence fait rage, et pourtant… Norlink, l’association des ports des Hauts de France. (https://www.norlink.fr)

Fabien Becquelin, son directeur opérationnel, nous fait part de son expérience. 

Qu’est-ce que Norlink et comment en avez vous pris la direction opérationnelle ? 

Après des études de transport, j’ai rejoint une association de promotion du transport maritime à courte distance, puis l’AUTF, association professionnelle des chargeurs, dont j’animais la partie transports internationaux, je m’occupais du maritime, de l’aérien et des questions douanières. 

Norlink est un regroupement de 3 associations, qui travaillaient ensemble et ont décidé de mieux coordonner leurs actions. Nous sommes une équipe de 3 permanents à temps plein et une personne à temps partiel. Le rôle de ces associations est de faire la promotion des ports et terminaux de la région, du maritime, du ferroviaire et du fluvial. Nous avons 120 adhérents. Ce sont des gestionnaires de réseaux (SNCF Réseau, Voies Navigables de France…), des infrastructures portuaires (Dunkerque, Lille…), des opérateurs de transport, des industriels, et des institutionnels. 

Quelles sont vos actions en cours ?

En premier, le post Brexit. Les prévisions, très pessimistes, ne se sont pas réalisées. Le Brexit a été très bien préparé, si bien qu’il n’y a pas eu autant de perturbations que prévu, et que nous n’avons même pas eu à utiliser les plans de contingence envisagés. Il faut dire qu’avec un trafic « bas » de 3 à 4000 camions jour (alors qu’en temps normal on est plus autour de 10 000), le moindre incident produit des conséquences énormes, et se fait sentir immédiatement sur tout le territoire. 

Cependant, tout changement est une opportunité pour nos concurrents étrangers. Notre force est la géographie, mais nous devons être très vigilants si nous voulons que notre offre reste pertinente. 

Nous sommes dans une zone extrêmement concurrentielle. En particulier, 3 acteurs contrôlent 80% du trafic. Mais, ils ont mis de côté la concurrence, car ils savent qu’il y a un intérêt supérieur. Le travail dans l’association est vu comme très positif, car il profite à tout le monde. 

Le second sujet concerne les carburants alternatifs. 

Les flottes de camions font des progrès phénoménaux et deviennent de plus en plus « propres », le rail, le maritime et le fluvial doivent conserver leur avance. Pour arriver à traiter ce type de question, pour laquelle tout le monde est dépendant de tout le monde, et il n’y a pas d’urgence comme pour le Brexit, nous devons amener nos adhérents à travailler tous ensemble. On est limités par la vitesse du plus lent. Nous procédons par itérations. De grandes lignes commencent à se dégager. Nous avons procédé à des études et des benchmarks. On travaille par projet pilote. En effet, les gens veulent voir. Pour que ça avance, il faut faire des « percées ». Ainsi, nous allons reconfigurer une locomotive pour la passer au gaz.

Quant au fluvial, nous n’avons pas de repères comme il en existe pour le routier, qui sait quand l’électricité ou le gaz sont ou ne sont pas de bonnes solutions. Donc, on a commencé à faire des diagnostics énergétiques. On a lancé une étude avec 5 bateaux, afin de connaître leurs besoins énergétiques en fonction de paramètres tels que le flux, les marchandises, le trajet, les écluses, etc. 

Qu’est-ce qui fait le succès d’une telle association, en particulier en termes d’animation ?

Cela ne peut fonctionner si la concurrence prend le dessus. Nos adhérents l’ont compris. Ils ont la fibre de la coopération. C’est une question de personnes.  Dès que quelqu’un veut tirer la couverture à soi, tout devient plus compliqué. Nous avons eu ainsi des sujets pour lesquels personne ne voulait partager ce qu’il faisait de bien, et ne voulait montrer ce qui était moins bien… Il faut savoir laisser tomber.

Au fond le métier de notre équipe est celui de distributeur d’énergie. Si on utilise notre énergie au bon moment, on catalyse celle des adhérents. Il faut sentir les moments favorables. Nous devons bien comprendre nos sujets, de façon à être préparés pour le jour J, où les adhérents vont être prêts à l’aborder. Il faut beaucoup de rencontres, d’écoute, de curiosité, de questionnement. Il faut être capable de détecter les signaux faibles, pour interroger les adhérents : « tu as remarqué ce qui se passe en ce moment ? Oui, on y pense aussi… »

Notre mission est de faire avancer tout le monde en même temps. Ce qui est capital est de procéder comme en escalade. Il faut matérialiser chaque avancée, pour que tout le groupe puisse s’appuyer dessus, et partir de là. Il y a une question de rythme. Il faut utiliser les temps faibles d’un sujet pour se préparer et avancer en interne.

La crise sanitaire nous pose des difficultés. Elle empêche le type d’échanges qui a beaucoup de valeur pour nous. Les 5 minutes avant ou après une réunion, les discussions apparemment sans lien avec le sujet en cours… La mise en relation d’une discussion de 5 minutes il y a 3 jours avec une discussion de 5 minutes que l’on vient d’avoir… Cela permet de garder la sensation de ce qui se passe chez l’adhérent. Et de là, de proposer des initiatives que nos adhérents ont intérêt à prendre, mais que, seuls, ils ne peuvent pas proposer. Pour les réaliser on s’appuie sur leur savoir-faire. « Cette technique, j’y crois, je n’y crois pas. » « Dans mon port, cette station, je peux la placer là ou là »…

Il est aussi très important d’être neutre. Et de prendre garde aux réflexes individualistes. C’est notre rôle de rappeler les bénéfices de la coopération, qu’avancer tout seul coûte cher, et de fournir un cadre à cette coopération. 

Publié par christophefaurie

Co fondateur de l'association des INTERPRENEURS. Comment rétablir le plein emploi en tirant parti de la créativité de la PME traditionnelle.

Un avis sur « Le métier de notre équipe est celui de catalyseur d’énergie »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :