Avec un cluster, on peut faire comme les grands !

L’entraide, faille culturelle de la PME française, disent nos études. Certes, mais de quoi parle-t-on ? Discussion avec Stéphane Coupeau, dirigeant de la société TH-Industrie (www.th-industrie.com), et membre du Réseau Mesure. 

Comment êtes vous devenu dirigeant de TH-Industrie ?

TH-Industrie achète et revend du matériel de mesure. J’y ai été embauché comme commercial à 25 ans. J’en ai aujourd’hui 43 et j’ai racheté la société dans laquelle j’ai tout fait : technique, commercial, webmaster et le ménage ! 

Il y a deux ans, le propriétaire de l’entreprise, Francis Héraut, a décidé de prendre sa retraite. Je me suis rendu compte que les repreneurs potentiels avaient besoin de notre avis, à moi et à mes collègues. Nous savions tout sur l’entreprise. J’ai alors eu l’idée de la reprendre. Une réussite grâce cette une volonté commune des deux parties ! J’en suis fier et encore merci !

A côté de TH-Industrie, j’ai créé ACOMSERVICE, une agence de communication spécialisée dans la stratégie de communication digitale pour le secteur de la mesure. J’apporte du conseil au développement commercial et de la formation. Elle emploie un réseau de freelances spécialisés. L’idée m’est venue lorsque j’ai cherché une agence pour TH-Industrie. Je m’occupais, outre de commercial, de marketing et de communication. J’ai constaté qu’aucun prestataire ne connaissait notre métier. Effectivement, toute notre profession a ce besoin !

Comment vivez-vous la pandémie ? 

Ça a été un mal pour un bien. Après un début d’année très prometteur, notre chiffre d’affaires a été divisé par deux au mois d’avril et de mai. Je me suis demandé si l’on ne pouvait pas faire aussi bien avec moins de moyens. Effectivement, nous étions mal organisés. Aujourd’hui, on a rattrapé notre retard en chiffre d’affaires, et la nouvelle structure se met en place. 

Cette épreuve révèle la créativité des entrepreneurs. Mon hobby est la magie. Certains magiciens ont été plus malins que les autres. Les salles étaient vides, alors ils ont créé des spectacles virtuels interactifs. Ce qui est très rentable. Il y a beaucoup d’exemples dans l’événementiel de gens qui ont su se réinventer. Dans le secteur de la mesure, je sens un renouveau. Une nouvelle génération apparaît. Il y a une envie de bouger et tout reste à faire.

Et le Réseau Mesure, pourquoi en êtes vous membre ? Qu’apporte à une entreprise l’appartenance à un « cluster » ? 

TH-Industrie fait de l’achat et de la vente. Les coûts de transport sont importants pour nous. Appartenir au Réseau nous a permis d’obtenir de bien meilleurs tarifs. La cotisation était modeste, nous la récupérions en quelques mois. Je me suis impliqué de plus en plus dans le réseau. J’ai commencé à rencontrer des gens et à y faire du business.

J’ai une petite entreprise, avec le Réseau Mesure on peut faire comme les grands ! Cela permet de faire des économies, mais aussi d’avoir accès aux meilleurs prestataires, par exemple pour la communication, la formation. J’ai un stand dans le salon du Réseau Mesure (Mesures Solutions EXPO), où je rencontre toute la profession. Grâce à la mutualisation des coûts entre adhérents et avec l’aide du Réseau Mesure j’offre une prestation haut de gamme à nos visiteurs !

Lorsque j’ai repris l’entreprise j’ai découvert un autre intérêt du Réseau. J’ai échangé avec les adhérents. Ils m’ont dit « lance toi ». Il y avait beaucoup de bienveillance. Ils m’ont permis de franchir les étapes de la création d’entreprise. On parle à juste titre de la solitude du chef d’entreprise. Le réseau mesure est avant tout un réseau humain, il m’a beaucoup aidé. Et, en particulier, Estelle Duflot, sa directrice. 

Le Réseau c’est un peu linkedin. Si j’ai un problème j’appelle. Ça m’a fait gagner énormément de temps quand j’ai repris l’entreprise. J’étais un salarié et je suis devenu un gestionnaire. J’ai découvert plein de nouveaux problèmes et les solutions ont été apportées. Preuve de notre bonne entente, entre adhérents, on s’appelle même pour de petits conseils moins importants. Par exemple quand on cherche un restaurant pour un client ! (Enfin beaucoup moins souvent en 2020 !)

On est un groupe d’amis, sans pour autant oublier que nous sommes professionnels et parfois concurrents. A force de se voir, il s’est installé une relation de confiance entre nous.  Nous nous échangeons des affaires, des projets. On se recommande entre nous. Le Réseau, c’est des retours d’ascenseur et de la notoriété pour tous. C’est un peu comme si nous avions une petite entreprise en commun. La réussite de chacun est l’intérêt de tous.

Publié par christophefaurie

Co fondateur de l'association des INTERPRENEURS. Comment rétablir le plein emploi en tirant parti de la créativité de la PME traditionnelle.

Un avis sur « Avec un cluster, on peut faire comme les grands ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :