Le changement de l’entreprise : du process à l’écosystème de ressources

Vincent Pacini est un « enseignant-chercheur/entrepreneur/consultant », dont le métier est « d’embarquer la prospective vers l’action ».

Comment la PME doit-elle changer ?

Changement incrémental ou changement de rupture ?

Il y a deux types de changements :

Le changement incrémental. Il s’inscrit dans le prolongement des pratiques et ne modifie pas le cadre établi. Le changement provoqué par une rupture oblige quant à lui à passer d’un état à un autre état, ce  qui suppose de modifier sa façon de voir et de faire.

C’est en gros se qui ce passe et va se passer pour les territoires, les entreprises, les citoyens : opérer une transformation des  modes de production, de distribution, de consommation, pour passer d’un modèle extractif, à un modèle qui permet la régénération des ressources utilisées.  On ne peut plus se développer, croître sans prendre en compte à la fois la réduction des impacts négatifs et le développement des impacts positifs sur les écosystèmes vivants. 

Cette transformation aura  pour effet de déplacer le processus de création de valeur du centre vers les frontières de l’entreprise et de rendre les entreprises davantage liées à un écosystème de ressources externes hétérogènes. 

Qu’est-ce qu’un écosystème de ressources, et comment cela s’utilise-t-il ? 

Un écosystème est un ensemble formé par une communauté d’êtres vivants en interrelation avec son environnement. Appliqué à l’entreprise, ce concept décrit les liens que l’entreprise entretient avec son écosystème de ressources (compétences, réseaux, datas, finances, matières premières…) qui sont nécessaires à son développement.

Des sociétés comme Apple, ou Gilette (par exemple quand elle a voulu ajouter une troisième lame à ses rasoirs) savent bien utiliser ce concept pour leur développement en s’appuyant sur un réseau de ressources pour concevoir, développer et distribuer leurs produits à l’échelle mondiale. De la petite à la plus grande entreprise, toutes ont besoin de trouver le bon écosystème de ressources pour se développer.

Cependant cet écosystème de ressources n’est pas directement lié au métier de l’entreprise. Par exemple, lorsqu’il s’agit d’optimiser les chaînes de production pour faire passer successivement deux ou trois équipes de production dans une journée. Ce changement d’organisation ne peut se faire sans la mise en place de nouveaux services (par exemple de garderie). C’est ce qu’a cherché à anticiper la société Caprice des dieux, installée à Illoud. 

Comment créer un tel « écosystème » ?

Il faut commencer par une lecture partagée des enjeux, des valeurs et des problèmes clés. Où peut on gagner ou perdre beaucoup ?

Pas de raisonnement abstrait. Il faut pouvoir se projeter. Il y a quelques années, des éleveurs de carpes et des élus m’ont demandé comment trouver de nouveaux marchés pour leur production. Je leur ai parlé d’utiliser la peau de carpe. Ils m’ont pris pour un fou. Jusqu’à ce que je sorte de mon sac des objets en peau de poisson. Maintenant 40 artisans produisent des articles de luxe pour Hermès.

Comment se dirige une entreprise qui a une stratégie d’écosystème de ressources ? 

Les territoires les plus résilients seront sans doute ceux qui ont le plus de capacité à créer de la valeur ajoutée à partir des ressources du territoire et extérieures au territoire, à faire circuler durablement les  richesses à l’intérieur du territoire, en s’appuyant sur des processus qui permettent de régénérer l’ensemble des ressources utilisées. Ce modèle « plus régénératif » passe inévitablement par de nouvelles synergies entre la sphère publique, la sphère présentielle (activités destinées à satisfaire les besoins des populations d’un territoire) et la sphère productive (production de valeur ajoutée locale exportée). 

Cette crise, plus que les autres, impose de rechercher de nouvelles passerelles entre les enjeux du court et les enjeux du long terme, de trouver avant tout des solutions systémiques à une crise systémique. Dans ce contexte on peut imaginer un nouveau profil d’entrepreneur : un entrepreneur de l’économie régénérative qui saura conjuguer développement économique et régénération des écosystèmes vivants.

Publié par christophefaurie

Co fondateur de l'association des INTERPRENEURS. Comment rétablir le plein emploi en tirant parti de la créativité de la PME traditionnelle.

Un avis sur « Le changement de l’entreprise : du process à l’écosystème de ressources »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :